Torotoro

Sur les traces des dinosaures ! | COCHABAMBA &…

Une fois remis de nos émotions, nous partons à la découverte de la ville de Cochabamba et ne mettrons pas longtemps avant de nous rendre compte que celle-ci est cruellement dénuée de charme et ne présente pas de grand intérêt touristique ! Quelques églises retiendront notre attention (et encore…! ), le Palacio Portales – palais à l’européenne du baron de l’étain Simón Patiño témoignant de l’âge d’or de l’exploitation minière en Bolivie – ET surtout le Cristo de la Concordia. Cette immense statue du Christ qui se dresse sur le Cerro de San Pedro (2800m) est la plus haute du Monde ! Eh oui, nous aussi on croyait que c’était celui de Rio au Brésil…mais non ! Elle le dépasse de 44 cm ! La vue à 360 degrés sur la ville et la vallée mérite le détour (malgré un brin de pollution il faut le dire ! )… surtout que le téléphérique ne coûte rien : alors pourquoi s’en priver ?!

Le marché La Cancha, gigantesque, chaotique et pittoresque, dont la traversée peut relever du défi pour les agoraphobes, nous aura permis de pouvoir contempler les femmes boliviennes avec leurs vêtements traditionnels qu’elles conservent avec beaucoup de charme…

Direction ensuite le Parc National de Torotoro – mais pour cela il fallait déjà survivre au trajet en mini van depuis Cochabamba avec une route en très mauvaise état, où on est secoué de toutes parts… et c’était sans compter un chauffeur bolivien se croyant sur un circuit de Formule 1 !

Le Parc National de Torotoro est réputé être l’un des parcs nationaux les plus remarquables de Bolivie : un cours pratique de géologie à grande échelle ! Cependant, afin de protéger les merveilles géologiques du parc, toute excursion en dehors du village doit obligatoirement se faire avec un guide… et ça on aurait pu s’en passer (surtout que ce sont davantage des « accompagnants » qui traçent que des guides désireux de t’apprendre quelque chose…) ! Ceci dit, impossible de passer outre – on a donc partagé les excursions avec un couple de suisses très sympathiques, ce qui nous aura permis à tous de faire des économies (surtout que rien que l’entrée du parc nous avait déjà coûté 12€/pers – ce qui est TRÈS cher pour le pays !).

La première demi-journée, nous avons pu observer de nombreuses empreintes de dinosaures bipèdes et quadrupèdes, herbivores et carnivores, du crétacé (de -145 à -65 millions d’années). Toutes les empreintes se sont inscrites dans un sol meuble, plus tard solidifié en argilite. Elles ont ensuite été soulevées et inclinées par des poussées tectoniques.
Honnêtement, je (Marine) ne suis pas une grande fan de la période des dinosaures mais c’était assez impressionnant de voir ces énormes empreintes ayant survécu au temps !
Nous sommes ensuite partis à la découverte du Canyon de Torotoro : un canyon spectaculaire de 250m de profondeur – bon, comparé à d’autres canyons, notamment le Grand Canyon on repassera quand même…mais bon !
On aura ensuite descendu un escalier de 800 marches pour nous mener à El Vergel (qu’il aura ensuite fallu remonter ! on aura cru littéralement mourir !) – là aussi, l’effort n’a pas franchement été récompensé et on aura été un peu déçus de la mini cascade sans grand intérêt.

La deuxième journée fut SPORTIVE et bien plus intéressante ! Randonnée et escalade à travers les beaux paysages de la Ciudad de Itas (avec de belles petites grottes!) et séance de spéléologie dans la caverne de Umajalanta! A l’intérieur de cette grotte, on peut découvrir de belles stalagmites et stalactites tout en alternant escalade et faufilage puisque de nombreux passages se font en rampant dans des endroits plus qu’étroits – claustrophobes s’abstenir ! Bref, on se salit, on rampe, on manque de rester coincés par moments, on descend à la corde.. on s’éclate quoi !

On aura bien aimé notre escapade à Torotoro , il y a du choix dans les excursions et elles sont toutes plutôt complémentaires (même si le canyon peut sembler quelque peu « ridicule » à côté de certains homologues américains voire même français !). En revanche, les guides ne sont pas franchement de grande qualité.

Potosi

Une Tour Eiffel 🗼 en Bolivie ! | POTOSI…

Potosí, inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco, culmine à plus de 4000 m d’altitude et est surtout célèbre pour son Cerro Rico, un « mont riche » rempli d’argent.

La ville fut fondée en 1545 dès la découverte du précieux minerai (l’argent) et pendant près de 4s beaucoup d’espagnols parvinrent à s’enrichir grâce à cette précieuse ressource quand d’autres, des milliers d’esclaves indigènes et africains, perdirent la vie à travailler dans les mines dans des conditions effroyables et insoutenables : travail par roulement de 12h sous terre sans voir la lumière du jour et ce durant 4 mois, mangeant et dormant dans les mines… On estime que durant les 3 siècles de période coloniale 8 millions d’indigènes et d’africains périrent dans des conditions atroces… !

Le filon commença pourtant à s’épuiser au début du 19ème siècle et la ville sombra alors dans le déclin et sa population dans la misère. D’autres minerais tels que le fer, l’étain et le plomb commencèrent à être extraits, toujours dans des conditions abominables, mais la ville ne se remit jamais complètement…
Au jour d’aujourd’hui, on extrait essentiellement du zinc et du plomb même si l’extraction d’argent demeure à petite échelle.

Il faut savoir qu’aujourd’hui encore, beaucoup de travailleurs meurent par accident (notamment la dynamite !) ou suite à l’inhalation de produits chimiques, de gaz nocifs ou de silicose à cause de l’exposition prolongée à la silice et à l’amiante. Le travail est effectué à l’aide d’outils archaïques à des températures variant de valeurs négatives (dues à l’altitude!) à près de 46 degrés en fonction des niveaux !!
L’attrait touristique de Potosí réside essentiellement dans la visite d’une mine et à la rencontre avec les mineurs. Nous avons choisi, quant à nous, de ne pas faire cette « visite » pour des questions éthiques et morales. Comment visiter ces lieux où tant de gens ont travaillé/travaillent et sont morts/meurent dans des situations effroyables ?! Cela nous semblait s’apparenter davantage à du « voyeurisme » sans compter que bons nombres d’accidents ont eu lieu lors de visites : explosions, chutes de pierre… (n’oublions pas que les agences font d’ailleurs signer une décharge aux clients avant que ceux-ci pénètrent dans les mines).
Certains voyageurs « justifient » leur visite des mines en disant que c’est très intéressant et instructif d’échanger avec des (anciens) mineurs (qui sont maintenant des guides), qu’on en apprend énormément sur leurs conditions de vie et de travail…certes ! À chacun de faire ses choix en son âme et conscience comme on dit…et nous avons fait notre choix !

Sucre est sans aucun doute la plus belle ville de Bolivie 😍, et est d’ailleurs considérée comme telle, mais elle est aussi le coeur symbolique de la nation. Outre le fait que l’indépendance du pays y fut déclarée, Sucre demeure la capitale constitutionnelle.
Celle-ci est essentiellement connue pour son architecture coloniale magnifiquement préservée👌, ses belles églises 💒 et ses bâtiments construits autour de jolis patios 🌴 qui lui ont permis d’être inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1991.
On a adoré cette ville 😍 et on y est d’ailleurs restés plus longtemps que prévu, tout simplement parce que nous adorions l’ambiance et le charme qui s’en dégageaient !
Vous pourrez remarquer un lieu pour le moins singulier dans la vidéo : celui du cimetière général. Les boliviens ont un rapport particulier à la mort et très différent de celui que nous pouvons, nous européens, avoir. Ils « fêtent » leurs morts et leur rendent très souvent hommage et visite – c’est ainsi que les cimetières sont de réels lieux de vies où se regroupent énormément de boliviens. Ils ne sont pas considérés comme « froids » et austères comme chez nous et ne sont donc pas « évités » mais plutôt « animés » 😊. En tant que touristes, c’était intéressant de connaître les rites et coutumes pratiqués dans la plupart des pays d’Amérique latine.
En total décalage, on a pu y voir des énormes mausolées de richissimes familles coloniales à côté d’autres tombes totalement délaissées…

Tupiza

Le Far West bolivien 🐎 🏜 ! | TUPIZA…

Ça y’est ! Nous voilà de retour en Bolivie !

Notre première étape fut la petite ville de Tupiza, perchée à quasiment 3000 m d’altitude, qui sous son rythme de vie plutôt paisible a un cadre digne du Far West américain avec ses pentes parsemées de cactus, ses paysages désertiques, ses rochers aux multiples couleurs ou encore ses canyons miniatures sortis tout droit des films américains !

Pour souligner encore davantage le côté Far West américain, il est d’usage de partir à la découverte des environs lors d’une virée à cheval mais…sachant que ce n’est toujours pas trop mon truc (et qu’on voulait aussi économiser de l’argent et ne pas avoir à faire une excursion avec d’autres touristes) on a décidé de parcourir la région à pied.
Le moins qu’on puisse dire c’est que la chaleur aride et étouffant, l’air sec et l’altitude ne nous ont pas facilité la tâche mais on était ravis des superbes paysages rencontrés !

boucles de salta

Un road trip mémorable ! | BOUCLES DE SALTA…

C’est donc pendant une semaine que nous sommes partis à la découverte des beautés des environs de Salta et de la culture andine en parcourant les deux boucles incontournables au départ de Salta.
Tout d’abord, la boucle sud avec le Parc National de Las Cardones ponctués de cactus endémiques (dont certains peuvent atteindre pas moins de 10 m de haut ! ) afin de rejoindre le petit village de Cachi, la Valle Calchaquíes ou encore les canyons polychromes de la Quebrada de Cafayate !
Puis ensuite, la boucle nord avec la belle route de la Quebrada de Humahuaca, la montagne aux 7 couleurs, la montagne Paleta del Pintor, la montagne Serranía de Hornocal avec son dégradé de couleurs époustouflants elle aussi, des petites lagunes sous fond de montagnes majestueuses, la puna jusqu’à la petite ville complètement rustique et déserte de San Antonio de los Cobres avec le très célèbre Tren a los Nubes ( = Train des Nuages ) et enfin las Salinas Grandes (« mini » Salar de Uyuni ou désert de sel version argentine).

On a adoré cette région de l’Argentine et on a été à nouveau subjugués par la beauté des paysages du continent sud-américain, ces villages typiques de la culture andine et ces maisons en adobe !
Avoir la liberté de découvrir toutes ces régions à notre rythme et en indépendant grâce à la location d’une voiture a carrément contribué à rendre cette escapade incontournable et inoubliable pour nous !
On vous conseille vivement de faire de même si vous vous rendez dans ce coin de l’Argentine.
La région était tellement belle qu’une semaine pour l’apprécier et la découvrir était limite trop court !
1600 km en une semaine tout de même !

Un bémol cependant pour la région de Tilcara avec le Garganta del Diablo et les ruines de Pucará qui nous auront grandement déçus et que nous déconseillons, surtout si votre temps est compté.

Mendoza

Un avant-goût argentin 🕵🏻 ! | MENDOZA & SALTA…

Nos deux premières escales argentines :

* Mendoza : une ville plutôt très agréable, connue pour ses vignes et ses bons vinsmais aussi pour sa gastronomie savoureuse !
Quelle joie de remanger du bon boeuf après 11 mois de voyage (désolé pour les végétariens !), meilleur qu’en France, servi dans des proportions plus que généreuses et à un prix imbattable en plus de ça !
Autant vous dire qu’on en a profité et qu’on est resté à Mendoza en grande partie pour profiter de la gastronomie argentine !
En résumé, pas grand chose à faire à Mendoza si ce n’est visiter les vignes alentours, les domaines viticoles et bodegas (mais c’est pas trop notre truc!) mais la ville reste super agréable et surtout : on y mange très bien !
En plus, on y était pile pendant la date d’anniversaire de l’indépendance de l’Argentine donc il y avait pas mal d’animation sur la place centrale.

* Salta : surnommée « la linda » (= la belle), est considérée comme une ville sophistiquée, appréciée des voyageurs avec son architecture coloniale, ses musées (on est pas franchement branchés musées pour rappel ! ) et les soits-disants nombreux attraits dont elle dispose.
Nous on y aura surtout vu une grande ville avec tous les défauts qui vont avec : brouhaha, circulation, voitures… etc !
Pas si « linda » que ça finalement la Salta…

Un des incontournables de Salta est le MAM (Museo de Arqueología de Alta Montaña), cependant on a préféré pour des raisons éthiques et morales ne pas nous y rendre. En effet, ce musée consacré à la culture inca évoque un gros point noir plus méconnu : les sacrifices d’enfants perpétrés sur certains des plus hauts sommets des Andes qui étaient considérés comme sacrés. Il s’agissait d’une offrande vouée à assurer au peuple la fécondité et à la terre la fertilité. Dans l’esprit des Incas, les enfants ne mourraient pas réellement, mais rejoignaient leurs ancêtres veillant sur la communauté.
Les enfants étaient fêtés, emmenés dans les montagnes, nourris et abreuvés d’importantes quantités de chicha (boisson alcoolisée à base de maïs fermenté) et étaient ensuite ensevelis, parfois vivants, quand d’autres étaient étranglés ou frappés au préalable d’un coup mortel à la tête…
On peut donc voir dans ce musée les corps momifiés de trois enfants découverts au sommet du Llullaillaco en 1999 qui, grâce au froid, à la faible pression atmosphérique et à l’absence d’oxygène et de bactéries ont été presque parfaitement conservés.
La décision de les présenter au public a été et reste controversée et on aura, quant à nous, préféré ne pas nous y rendre.

Vous l’aurez certainement compris, on a pas été franchement subjugués par Salta mais celle-ci est une destination de choix et une bonne base pour partir à la découverte des environs de la ville en faisant deux circuits : la boucle nord et la boucle sud de Salta. Et le moins qu’on puisse dire c’est que là c’est une toute autre affaire : on en aura pris plein les yeux pendant cette semaine mais on vous montrera tout ça dans le prochain vlog !

Valparaiso

La déception ! | SANTIAGO, VALPARAISO & VIÑA DEL…

Nous revoilà donc à Santiago du Chili !
Après des au-revoir difficile à ma meilleure amie qui est repartie en France, nous avons décidé de nous sédentariser durant 2 semaines à Santiago. Pourquoi ? Non pas qu’on ait eu un coup de coeur pour la capitale loin de là, mais parce qu’on avait un grand projet en tête…mais qui ne s’est finalement pas concrétisé on vous explique tout ça dans la vidéo !

Après s’être donc reposés quelques temps à Santiago et avoir bien rechargé nos batteries après 10 mois sur la route, nous avons mis cap sur la célèbre ville de Valparaiso à seulement 2h de bus de Santiago du Chili.
« Valpo » pour les intimes, recense énormément de coups de coeur de voyageurs et bon nombres de Santiaguinos adorent d’ailleurs y passer leurs weekends ou vacances. On avait entendu QUE du positif sur Valpo et on avait hâte de la découvrir à notre tour !

Valpo c’est une ville portuaire constituée essentiellement de marins et de dockers.
Elle est surtout connue pour ses nombreuses « cerros » (=collines) enchevêtrées, son labyrinthe de rues, de passages et d’escaliers, de funiculaires, ses maisons colorées en taule et son art de rue urbain avec des graffitis.

Sauf que nous on y aura surtout vu une ville portuaire hyper bruyante, des containers à gogos, des maisons colorées certes mais brinquebalantes, chancelantes, complètement « destroys », à la limite d’être des bidonvilles où personnellement, pour la première fois de notre TDM, nous nous sommes sentis parfois en insécurité.
L’art de rue est certes présent mais pas omniprésent et on est pas franchement tombés sous le charme pour autant – la ville est aussi remplie de « tags » en tout genres qui sont…bien moins artistiques pour le coup !
Bref, vous l’aurez compris, ce ne fut vraiment pas un coup de coeur pour nous mais bien une belle déception !
On aura honnêtement pas compris pourquoi tant de voyageurs tombent sous le charme de Valparaiso (dont le nom sonne hyper bien et invite carrément au voyage pourtant!) !

Le point positif c’est que Valpo est situé juste à côté de sa soeur jumelle : Viña del Mar !
Et là pour le coup on a beaucoup apprécié cette autre station balnéaire : plus aérée et accueillante que sa voisine Valpo. Y faire escale pour une journée fut un réel plaisir et une réelle bouffée d’air frais !

On aura aussi eu une sacré trouille en vivant les deux premiers tremblements de terre de notre vie à Valpo (légers certes pour la région qui y est habituée puisqu’elle est située sur une forte zone sismique, mais hyper impressionnants pour nous ! ).

 

Salar Uyuni

Une sacrée aventure ! | SUD LIPEZ & SALAR…

Nous voilà en Bolivie !
Eh bien oui ! San Pedro de Atacama étant situé tout au nord du Chili, à la frontière bolivienne, il est un point de départ de prédilection vers des paysages juste époustouflants se situant dans le sud de la Bolivie : le Sud Lipez !
En plus de ça, Marie avait hyper envie de se faire une petite excursion en Bolivie pendant son séjour avec nous : on a donc pas trop hésité !

C’est par un réveil bien matinal avec un départ à 4h du matin que nous débutons notre petit trip de 4 jours en Bolivie !
Région reculée et 4×4 obligent, nous optons pour une excursion organisée.

Au prograle de cette aventure : température polaire, mal de l’altitude, nourriture infecte (la base en Bolivie paraît-il), logements très sommaires sans chauffage ! (on est en hiver hein pour rappel quand même ici !), sanitaires sans eau chaude, routes cabossées à gogo…

Mais ce petit trip bolivien c’était surtout : des paysages magiques à base de lagunes et de flamants roses, de volcans majestueux, des canyons impressionnants, des heures de routes sur le plus grand désert de sel au monde : le fameux Salar d’Uyuni, un lever de soleil magnifique dans un froid polaire au sommet de la Isla Incahuasi (petite île recouverte de cactus et perdue au milieu du Salar de Uyuni), la prise de nombreuses photos où on a joué sur la perspective (comme tout bon voyageur qui se respecte dans le Salar de Uyuni !), une nuit insolite dans un hôtel de sel, un coup de coeur pour des lamas tout mignons, des étendues à perte de vue ET surtout une expérience exceptionnelle partagée entre nous !

Et restez jusqu’à la fin car, en bonus, on vous donne toutes nos impressions sur ce petit trip bolivien : ce qu’on aura adoré, un peu moins aimé, nos regrets et ce qui fut un peu plus difficile.

 

San Pedro de Atacama

On en prend plein les mirettes ! | SAN…

On avait à coeur de faire découvrir à ma meilleure amie les plus beaux spots chiliens pendant ces 12 jours à nos côtés et nous avons donc directement mis cap au nord sur San Pedro de Atacama !

Nous voilà arrivés à bon port après 27h de transport pour découvrir la beauté des paysages du nord du Chili !
Le petit village de San Pedro de Atacama (altitude : 2438m) est un village-oasis de la precordillera et, en plus d’être situé au coeur d’une des plus belles régions du nord du Chili, est aussi entouré de volcans dont le célèbre Licancábur (5916m!).
Bref, ce petit village est devenu au fil des années une destination touristique incontournable !
On peut y admirer des champs de geysers (fermés lors de notre visite à cause de la neige !), d’insolites formations rocheuses de toutes beautés, des lagunes spectaculaires, de magnifiques paysages lunaires ou encore de superbes couchés de soleil à en tomber par terre !

On aura donc été contraints, un peu malgré nous puisque nous n’avions pas de véhicule, de rejoindre des mini tours organisés (vous savez à quel point on adore ça !) pour nous rendre dans les régions que nous pouvions visiter – car pas mal de points d’intérêts étaient fermés à cause de la neige !
Au programme : la Valle de la Luna – paysages lunaires à souhait, la Valle de Arcoiris, la Laguna Cejar où on peut flotter grâce à la forte concentration de l’eau en sel – seulement Marie, ma meilleure amie, aura eu le courage de s’y baigner, l’eau étant trop froide pour nous ! – observation des étoiles (un des meilleurs spots au Monde !) ou encore une petite balade à cheval à la demi-journée pour apprécier de la beauté des environs.

On vous laisse attester en vidéo de l’étendue et de la beauté des paysages chiliens puisqu’on a coutume de dire que les images parlent bien plus d’elles-mêmes et que nous n’avons toujours pas trouvé de mot assez fort pour qualifier et décrire ce qu’on a eu la chance de découvrir.

 

Santiago du Chili

Une invitée surprise ! | SANTIAGO DU CHILI [Vlog#96]

Premiers pas en Amérique du sud !
Ça y’est, enfin on vous partage ça !
On sait que vous attendiez avec impatience notre partage sur le continent sud-américain !

Déjà, à peine débarqués de l’avion en arrivant à Santiago du Chili, j’ai eu une surprise de taille, le plus gros CHOC émotionnel de ma vie et aussi une joie immense en apperçevant dans le hall de l’aéroport, à côté de la horde de chauffeurs de taxis qui hurlent et t’appostrophent : ma meilleure amie !
Cette petite coquine était de mèche avec Léo depuis plusieurs mois et voulait me faire la surprise de ma vie en nous retrouvant à Santiago du Chili !
Et là…je saurai pas vraiment comment expliquer ma réaction pourrie (j’en ai encore honte !) mais rien d’autre n’est sorti que : « Mais qu’est ce que tu fous là ?! » – tout ça prostrée et figée sur place, incapable de bouger et de réfléchir – je pense tout simplement que la surprise, le choc et l’incompréhension se sont emparés de moi et ont littéralement « boycotté » mon petit cerveau !

Aprés avoir enfin réalisé ce qu’il se passait et lui avoir fait un gros calin, nous avons ensuite profité de nos 2 jours à Santiago pour découvrir un peu la capitale chilienne avec notamment l’incontournable montée au sommet du très célèbre Parc Cerro San Cristóbal qui offre une vue panoramique sans égale sur Santiago !
Bon, nous on y est surtout allé pour la vue plus que pour voir la Vierge de l’Immaculée Conception, haute de 14m tout de même, pour la p’tite histoire.
On aura un peu sué pour la montée tout de même mais on aura franchement adoré, surtout le coucher de soleil au sommet et voir la ville de Santiago s’illuminer !

Autant vous dire que j’étais aux anges de pouvoir avoir ma meilleure amie, que je considère comme ma soeur, à l’autre bout du Monde, rien que pour moi, pendant 12 jours après plusieurs longs mois sans la voir !

 

impressions île de pâques

VOYAGER A L’ÎLE DE PÂQUES | Nos impressions

L’Ile de Pâques est mondialement connue pour ses statues géantes, les énigmatiques moaïs, et fascine par son magnétisme et sa mysticité bon nombre de voyageurs à travers le monde qui rêvent de pouvoir voir ça un jour de leurs propres yeux.
On a donc profité d’être déjà à l’autre bout du monde (en Polynésie) pour faire une escale de trois jours sur l’Ile de Pâques avant de nous rendre à Santiago du Chili.
L’île de Pâques est un réel musée à ciel ouvert et on rêvait tous les deux de s’y rendre, le tour du monde nous l’aura permis.

En toute honnêteté, nous avons beaucoup aimé notre découverte de l’Ile de Pâques mais on ne peut pas dire qu’on a eu de coup de cœur pour autant ni que l’on a été « subjugués ». On pensait voir davantage de moaïs en « bon état » comme on a l’habitude de le voir en photos à travers le monde or, seulement quelques sites auront vraiment retirés notre attention – on est pas franchement fan de voir des moaïs complètement en ruines sur le sol par exemple.
Peu de sites nous auront semblé impressionnants et envoûtants, et pourtant vous savez depuis le temps à quel point nous sommes des amoureux de la pierre !

En revanche, fait étonnant et hautement appréciable, malgré une renommée mondiale et une fréquentation touristique en hausse, tout ici reste simple et à taille humaine et on a beaucoup apprécié cette petite escale sur l’île la plus mystique au Monde !

On vous donne toutes nos impressions sur cette mystérieuse île et quelques conseils au passage pour préparer au mieux votre venue.
Sera abordée, comme d’habitude, la question épineuse du budget, des moyens de transport et d’hébergements sur l’île mais aussi nos coups de coeur et déceptions.
Enfin, on vous en apprendra également davantage sur l’histoire de l’île et de ses habitants – et notamment la relation un peu conflictuelle entre les natifs de l’île et le Chili…