Valparaiso

La déception ! | SANTIAGO, VALPARAISO & VIÑA DEL…

Nous revoilà donc à Santiago du Chili !
Après des au-revoir difficile à ma meilleure amie qui est repartie en France, nous avons décidé de nous sédentariser durant 2 semaines à Santiago. Pourquoi ? Non pas qu’on ait eu un coup de coeur pour la capitale loin de là, mais parce qu’on avait un grand projet en tête…mais qui ne s’est finalement pas concrétisé on vous explique tout ça dans la vidéo !

Après s’être donc reposés quelques temps à Santiago et avoir bien rechargé nos batteries après 10 mois sur la route, nous avons mis cap sur la célèbre ville de Valparaiso à seulement 2h de bus de Santiago du Chili.
« Valpo » pour les intimes, recense énormément de coups de coeur de voyageurs et bon nombres de Santiaguinos adorent d’ailleurs y passer leurs weekends ou vacances. On avait entendu QUE du positif sur Valpo et on avait hâte de la découvrir à notre tour !

Valpo c’est une ville portuaire constituée essentiellement de marins et de dockers.
Elle est surtout connue pour ses nombreuses « cerros » (=collines) enchevêtrées, son labyrinthe de rues, de passages et d’escaliers, de funiculaires, ses maisons colorées en taule et son art de rue urbain avec des graffitis.

Sauf que nous on y aura surtout vu une ville portuaire hyper bruyante, des containers à gogos, des maisons colorées certes mais brinquebalantes, chancelantes, complètement « destroys », à la limite d’être des bidonvilles où personnellement, pour la première fois de notre TDM, nous nous sommes sentis parfois en insécurité.
L’art de rue est certes présent mais pas omniprésent et on est pas franchement tombés sous le charme pour autant – la ville est aussi remplie de « tags » en tout genres qui sont…bien moins artistiques pour le coup !
Bref, vous l’aurez compris, ce ne fut vraiment pas un coup de coeur pour nous mais bien une belle déception !
On aura honnêtement pas compris pourquoi tant de voyageurs tombent sous le charme de Valparaiso (dont le nom sonne hyper bien et invite carrément au voyage pourtant!) !

Le point positif c’est que Valpo est situé juste à côté de sa soeur jumelle : Viña del Mar !
Et là pour le coup on a beaucoup apprécié cette autre station balnéaire : plus aérée et accueillante que sa voisine Valpo. Y faire escale pour une journée fut un réel plaisir et une réelle bouffée d’air frais !

On aura aussi eu une sacré trouille en vivant les deux premiers tremblements de terre de notre vie à Valpo (légers certes pour la région qui y est habituée puisqu’elle est située sur une forte zone sismique, mais hyper impressionnants pour nous ! ).

 

Salar Uyuni

Une sacrée aventure ! | SUD LIPEZ & SALAR…

Nous voilà en Bolivie !
Eh bien oui ! San Pedro de Atacama étant situé tout au nord du Chili, à la frontière bolivienne, il est un point de départ de prédilection vers des paysages juste époustouflants se situant dans le sud de la Bolivie : le Sud Lipez !
En plus de ça, Marie avait hyper envie de se faire une petite excursion en Bolivie pendant son séjour avec nous : on a donc pas trop hésité !

C’est par un réveil bien matinal avec un départ à 4h du matin que nous débutons notre petit trip de 4 jours en Bolivie !
Région reculée et 4×4 obligent, nous optons pour une excursion organisée.

Au prograle de cette aventure : température polaire, mal de l’altitude, nourriture infecte (la base en Bolivie paraît-il), logements très sommaires sans chauffage ! (on est en hiver hein pour rappel quand même ici !), sanitaires sans eau chaude, routes cabossées à gogo…

Mais ce petit trip bolivien c’était surtout : des paysages magiques à base de lagunes et de flamants roses, de volcans majestueux, des canyons impressionnants, des heures de routes sur le plus grand désert de sel au monde : le fameux Salar d’Uyuni, un lever de soleil magnifique dans un froid polaire au sommet de la Isla Incahuasi (petite île recouverte de cactus et perdue au milieu du Salar de Uyuni), la prise de nombreuses photos où on a joué sur la perspective (comme tout bon voyageur qui se respecte dans le Salar de Uyuni !), une nuit insolite dans un hôtel de sel, un coup de coeur pour des lamas tout mignons, des étendues à perte de vue ET surtout une expérience exceptionnelle partagée entre nous !

Et restez jusqu’à la fin car, en bonus, on vous donne toutes nos impressions sur ce petit trip bolivien : ce qu’on aura adoré, un peu moins aimé, nos regrets et ce qui fut un peu plus difficile.

 

San Pedro de Atacama

On en prend plein les mirettes ! | SAN…

On avait à coeur de faire découvrir à ma meilleure amie les plus beaux spots chiliens pendant ces 12 jours à nos côtés et nous avons donc directement mis cap au nord sur San Pedro de Atacama !

Nous voilà arrivés à bon port après 27h de transport pour découvrir la beauté des paysages du nord du Chili !
Le petit village de San Pedro de Atacama (altitude : 2438m) est un village-oasis de la precordillera et, en plus d’être situé au coeur d’une des plus belles régions du nord du Chili, est aussi entouré de volcans dont le célèbre Licancábur (5916m!).
Bref, ce petit village est devenu au fil des années une destination touristique incontournable !
On peut y admirer des champs de geysers (fermés lors de notre visite à cause de la neige !), d’insolites formations rocheuses de toutes beautés, des lagunes spectaculaires, de magnifiques paysages lunaires ou encore de superbes couchés de soleil à en tomber par terre !

On aura donc été contraints, un peu malgré nous puisque nous n’avions pas de véhicule, de rejoindre des mini tours organisés (vous savez à quel point on adore ça !) pour nous rendre dans les régions que nous pouvions visiter – car pas mal de points d’intérêts étaient fermés à cause de la neige !
Au programme : la Valle de la Luna – paysages lunaires à souhait, la Valle de Arcoiris, la Laguna Cejar où on peut flotter grâce à la forte concentration de l’eau en sel – seulement Marie, ma meilleure amie, aura eu le courage de s’y baigner, l’eau étant trop froide pour nous ! – observation des étoiles (un des meilleurs spots au Monde !) ou encore une petite balade à cheval à la demi-journée pour apprécier de la beauté des environs.

On vous laisse attester en vidéo de l’étendue et de la beauté des paysages chiliens puisqu’on a coutume de dire que les images parlent bien plus d’elles-mêmes et que nous n’avons toujours pas trouvé de mot assez fort pour qualifier et décrire ce qu’on a eu la chance de découvrir.

 

Santiago du Chili

Une invitée surprise ! | SANTIAGO DU CHILI [Vlog#96]

Premiers pas en Amérique du sud !
Ça y’est, enfin on vous partage ça !
On sait que vous attendiez avec impatience notre partage sur le continent sud-américain !

Déjà, à peine débarqués de l’avion en arrivant à Santiago du Chili, j’ai eu une surprise de taille, le plus gros CHOC émotionnel de ma vie et aussi une joie immense en apperçevant dans le hall de l’aéroport, à côté de la horde de chauffeurs de taxis qui hurlent et t’appostrophent : ma meilleure amie !
Cette petite coquine était de mèche avec Léo depuis plusieurs mois et voulait me faire la surprise de ma vie en nous retrouvant à Santiago du Chili !
Et là…je saurai pas vraiment comment expliquer ma réaction pourrie (j’en ai encore honte !) mais rien d’autre n’est sorti que : « Mais qu’est ce que tu fous là ?! » – tout ça prostrée et figée sur place, incapable de bouger et de réfléchir – je pense tout simplement que la surprise, le choc et l’incompréhension se sont emparés de moi et ont littéralement « boycotté » mon petit cerveau !

Aprés avoir enfin réalisé ce qu’il se passait et lui avoir fait un gros calin, nous avons ensuite profité de nos 2 jours à Santiago pour découvrir un peu la capitale chilienne avec notamment l’incontournable montée au sommet du très célèbre Parc Cerro San Cristóbal qui offre une vue panoramique sans égale sur Santiago !
Bon, nous on y est surtout allé pour la vue plus que pour voir la Vierge de l’Immaculée Conception, haute de 14m tout de même, pour la p’tite histoire.
On aura un peu sué pour la montée tout de même mais on aura franchement adoré, surtout le coucher de soleil au sommet et voir la ville de Santiago s’illuminer !

Autant vous dire que j’étais aux anges de pouvoir avoir ma meilleure amie, que je considère comme ma soeur, à l’autre bout du Monde, rien que pour moi, pendant 12 jours après plusieurs longs mois sans la voir !

 

impressions île de pâques

VOYAGER A L’ÎLE DE PÂQUES | Nos impressions

L’Ile de Pâques est mondialement connue pour ses statues géantes, les énigmatiques moaïs, et fascine par son magnétisme et sa mysticité bon nombre de voyageurs à travers le monde qui rêvent de pouvoir voir ça un jour de leurs propres yeux.
On a donc profité d’être déjà à l’autre bout du monde (en Polynésie) pour faire une escale de trois jours sur l’Ile de Pâques avant de nous rendre à Santiago du Chili.
L’île de Pâques est un réel musée à ciel ouvert et on rêvait tous les deux de s’y rendre, le tour du monde nous l’aura permis.

En toute honnêteté, nous avons beaucoup aimé notre découverte de l’Ile de Pâques mais on ne peut pas dire qu’on a eu de coup de cœur pour autant ni que l’on a été « subjugués ». On pensait voir davantage de moaïs en « bon état » comme on a l’habitude de le voir en photos à travers le monde or, seulement quelques sites auront vraiment retirés notre attention – on est pas franchement fan de voir des moaïs complètement en ruines sur le sol par exemple.
Peu de sites nous auront semblé impressionnants et envoûtants, et pourtant vous savez depuis le temps à quel point nous sommes des amoureux de la pierre !

En revanche, fait étonnant et hautement appréciable, malgré une renommée mondiale et une fréquentation touristique en hausse, tout ici reste simple et à taille humaine et on a beaucoup apprécié cette petite escale sur l’île la plus mystique au Monde !

On vous donne toutes nos impressions sur cette mystérieuse île et quelques conseils au passage pour préparer au mieux votre venue.
Sera abordée, comme d’habitude, la question épineuse du budget, des moyens de transport et d’hébergements sur l’île mais aussi nos coups de coeur et déceptions.
Enfin, on vous en apprendra également davantage sur l’histoire de l’île et de ses habitants – et notamment la relation un peu conflictuelle entre les natifs de l’île et le Chili…

île de pâques

La mystique ! | ÎLE DE PÂQUES [Vlog#95]

Nouvelle destination : l’Ile de Pâques (Rapa Nui pour ses habitants d’origine polynésienne) ou pour se mettre dans l’ambiance du pays : la Isla de Pascua.
Vous savez cette mystérieuse île appartenant au Chili, « ce confetti de terre » comme l’appelle le Lonely (24 km de long sur 12 km de large seulement), qui est considérée comme l’un des lieux les plus isolés de la planète !
Difficile ici de se sentir « connecté » au Chili et en Amérique du sud quand on sait que l’Ile de Pâques est tout de même à plus de 3700 km du Chili et à fortiori du reste du globe !

Pour la petite histoire, les premiers habitants sont arrivés entre le IVème et le VIIIème siècle des Marquises, de Mangareva, des îles Cook et de Pitcairn. Les habitants de l’Ile de Pâques se considèrent donc davantage comme des polynésiens (et ont un dialecte qui y ressemble d’ailleurs) que comme des chiliens. On a d’ailleurs plusieurs fois ressentis une petite animosité à l’égard du Chili et une certaine volonté d’indépendance. En effet, certaines contestations et revendications persistent puisque les Pascuans de souche ne contrôlent aucun territoire de l’île, qui est pourtant « la leur » à l’origine, en dehors de Hanga Roa (la seule ville de l’île).
L’arrivée récente de nombreux Chiliens du continent est mal vécue et perçue des pascuans de souche. Bref, pas mal de soucis et de conflits perdurent…

L’Ile de Pâques est mondialement connue pour ses statues géantes, les énigmatiques moaïs, et fascine par son magnétisme et sa mysticité bon nombre de voyageurs à travers le monde qui rêvent de pouvoir voir ça un jour de leurs propres yeux.
On a donc profité d’être déjà à l’autre bout du monde (en Polynésie) pour faire une escale de trois jours sur l’Ile de Pâques avant de nous rendre à Santiago du Chili.
L’île de Pâques est un réel musée à ciel ouvert et on rêvait tous les deux de s’y rendre, le tour du monde nous l’aura permis.

Après s’être acquittés du droit d’entrée du parc Rapa Nui qui est tout de même de 71€/pers, nous avons pu profiter de la beauté sauvage des lieux.
Nous avons loué un quad à la journée pour profiter pleinement et optimiser notre temps car les sites de l’île sont pas mal étendus mine de rien.
En revanche, le temps n’aura pas franchement été notre allié durant notre séjour sur l’Ile de Pâques et nous aurons eu un temps plutôt capricieux (nuageux et pluvieux) rassurez-vous cela reste le « temps des îles » et la météo change très rapidement, nous n’aurons donc pas été « trop » gênés et malgré quelques averses nous aurons pu bien profiter de l’ambiance de l’île et de nos visites (et faire quelques belles photos !).

Amoureux de rando, comme vous le savez, nous avons longé à pied le long de la côte nord de la plage d’Anakena à Hanga Roa soit pas moins de 20km à pied. Là nous avons vraiment pris conscience de la beauté sauvage de l’île et nous sommes retrouvés littéralement seuls dans des zones complètement désertes, sauvages, inhabitées et entourés d’animaux (des vaches et des chevaux essentiellement).
Nous avons pu contempler librement les hautes falaises façonnées par l’érosion marine tout le long du littoral.
Seulement, il faut savoir que maintenant un guide est obligatoire pour pouvoir se promener sur cette partie de l’île (on a eu la chance qu’on nous laisse passer malgré tout mais ce fut une exception et on nous l’a bien rappelé plusieurs fois en nous demandant explicitement de bien faire passer le message) – ce que l’on fait !
C’est notre coup de cœur de l’île ! Coup de coeur du coup, on vous recommande franchement de vous payer les services d’un guide si vous vous rendez sur l’Ile de Pâques car ça vaut carrément le coup de longer le bord de mer sur cette partie de l’île.

 

Polynésie Française

VOYAGER EN POLYNÉSIE FRANÇAISE | Nos impressions

Comme vous l’aurez compris, la Polynésie Française fut un ÉNORME coup de coeur pour nous !
Comment ne pas succomber au charme de ces îles paradisiaques, à la douceur de ses habitants et au délice de sa gastronomie ?
Impossible on vous dit !

Ceci dit, outre l’aspect paradisiaque indéniable de cette destination, la Polynésie Française est réputée pour être une destination de luxe… Qu’en est-il niveau budget ? Est-ce toujours une destination préservée malgré le tourisme ?
Comment se déplacer entre les îles et à l’intérieur même des îles ?
Quelles îles choisir ? Sont-elles réellement différentes ?
Qu’en est-il niveau sécurité ?
Et bien sûr : quels sont nos coup de coeur et à l’inverse nos petites déconvenues mais aussi nos regrets.

On vous livre toutes nos impressions sur les 8 îles polynésiennes que nous avons eu la chance de découvrir (Tahiti, Maupiti, Raiatea et Tahaa, Huahine, Bora Bora, Rangiroa et Moorea) mais aussi quelques conseils qui on l’espère pourront vous être autant utiles qu’ils l’ont été pour nous.

 

Moorea

La charmante ! | MOOREA [Vlog#94]

Déjà le dernier vlog en Polynésie Française !

Nous avons littéralement adoré Moorea, considérée comme « l’île de charme de l’archipel de la Société » sur laquelle bon nombre de tahitiens (et d’expats résidant à Tahiti) se rendent pour leurs weekends afin d’échapper à l’agitation de Papeete !

Déjà sa situation géographique à deux pas de Tahiti lui confère un attrait certain et justifie la fréquentation assez importante dont elle est sujette : un chenal de seulement 20km sépare Tahiti de Moorea en ferry ! Plutôt cool !

Pour autant, Moorea n’a absolument rien à voir avec son île voisine : l’atmosphère y est beaucoup plus reposante, la nature est verdoyante et les massifs montagneux au centre de l’île sont tout simplement envoutants et majestueux ! Son profil montagneux alternant crêtes et pics volcaniques recouverts d’une végétation luxuriante nous aura séduit et est sujet à de la rando !

On aura bien évidemment fait le tour de l’île (60km) afin d’attester de la beauté de celle-ci et de sa végétation tout en constatant que le nord de l’île est bien plus sauvage et moins habité.
Nous nous serons aussi lancés le « petit » défi sportif de monter au belvédère de la Montagne magique à pied (quand d’autres se payent le luxe de louer un quad !) afin de contempler la baie et le lagon de Moorea – point de vue certes un peu moins beau et envoûtant que celui de Maupiti mais on ne va pas faire nos difficiles face à une vue pareille quand même !

En revanche, on aura été un peu moins séduits par le lagon de Moorea et surtout sa couleur – faut dire qu’on est devenus exigeants après plus de 15j en Polynésie : on veut du turquoise nous !
Alors à moins de loger dans les hôtels de luxe de l’Intercontinental ou du Hilton (qui eux ont la partie du lagon d’un bleu turquoise étincelant), le lagon ne nous aura pas laissé rêveurs !
Faut dire que les logements sont hors de prix à Moorea par rapport aux autres îles et la qualité n’est pas toujours au rendez-vous semble t-il !
En bonus cependant, un coucher de soleil magnifique sur la plage de notre hôtel (qui n’est pas franchement paradisiaque loin de là !) où on était aux premières loges avec la localisation de notre bungalow.

On aura aussi « visité » l’hôtel Intercontinental et surtout son bassin médical de tortues marines. L’hôtel a en effet l’autorisation de recueillir et de soigner les tortues marines malades ou blessées et ensuite de les relâcher (si leur état le permet) ou alors de les garder à vie parfois en captivité en fonction de leur maladie (perte de vision permanente, handicap lourd ne leur permettant pas de subvenir seules à leur besoin) et on ne peut que saluer ce beau projet !
On aura en revanche moins apprécier le fait de garder plusieurs dauphins en captivités dans de TROP petits bassins pour le plaisir des clients de l’hôtel et de ceux souhaitant les toucher ou encore nager avec eux.

Notre seul regret : ne pas avoir eu davantage de temps pour faire une « vraie » et « grosse » rando à la journée pour monter sur un des pics de l’île !
À charge de revanche ! On reviendra non ?

 

Rangiroa

L’atoll géant des Tuamotu ! | RANGIROA [Vlog#93]

Place à la découverte d’un autre archipel : les Tuamotu – et parmi tous les atolls, on a choisi de visiter Rangiroa !
Ici, comme pour les 77 atolls que compte l’archipel des Tuamotu : pas le moindre relief, une platitude absolue, les pieds limite dans l’eau puisqu’on est toujours très proche de l’océan ou du lagon et ce où que l’on soit.
Dépaysement absolu !

Rangiroa c’est seulement 2500 habitants, le paradis des plongeurs (bon, nous on plonge pas par contre !), l’atoll de tous les superlatifs : 75 km d’est en ouest et 25 km du nord au sud – le classant deuxième atoll du Monde par sa superficie. Son lagon est si grand qu’il pourrait contenir l’île de Tahiti toute entière !

L’île a complètement gardé son côté sauvage et authentique. Il n’y a que des pensions de famille ou des petites unités d’une dizaine de bungalows tout au plus et seulement un seul hôtel de luxe.
Nous logions quant à nous dans un joli bungalow vue sur l’océan à la pension Miki Miki Lodge où Jannie nous a accueilli comme des membres de sa famille en nous bichonnant et en nous concoctant de succulents petits plats.

En revanche, on ne va pas à Rangiroa pour la plage et la farniente : il n’y a PAS de plage de sable fin, seulement des blocs ou graviers coralliens. On s’est donc « consolés » en squattant la seule plage de sable fin aménagée de l’île, située dans l’hôtel de luxe, juste en face de notre petite pension (Chut !).

On aura pas fait grand chose durant notre séjour à Rangiroa si ce n’est se reposer (pour une fois !), prendre notre vélo pour aller déjeuner, aller au point de rendez-vous des dauphins (qu’on aura jamais vu !) et squatter la plage de l’hôtel d’en face, comme dit précédemment.

 

Bora Bora

La Star du Pacifique ! | BORA BORA [Vlog#92]

On avait pas franchement entendu que du positif sur la star du pacifique : Bora Bora (surtout de la part des polynésiens eux-mêmes !).
En effet, entre ses complexes hôteliers à foison et son « tourisme de masse » de luxe on se méfiait un peu mais…on avait quand même envie de voir de nos propres yeux ce que pouvait bien cacher cette destination ultra touristique de la Polynésie et…on a bien fait !

Bora Bora c’est : une île au relief franchement puissant et hors du commun, une végétation d’un vert profond et lumineux, un lagon considéré comme l’un des plus beaux au Monde (et on comprend pourquoi) aux extraordinaires camaïeux de bleu et de turquoise et un chapelet d’îlots de sable blanc qui l’encercle.

On aura visité le lagon lors de l’incontournable excursion en bateau-pirogue pendant une demi-journée où l’on aura pu faire un peu de snorkeling et voir à nouveau des raies pastenagues et requins pointe noires de près (nourris en revanche, ce que l’on condamne une fois de plus fermement bien entendu !).

Dernier arrêt pendant l’excursion sur le lagon : le lagonarium où sont gardés en captivité requins citrons et dormeurs, des raies pastenagues et aussi des tortues marines.

Vous l’aurez compris, on est pas franchement « fan » de garder des animaux habitués à la grandeur de l’océan dans un petit lagonarium (=enclos) où ils sont apprivoisés, gardés en captivité et présentés aux touristes sous forme de « show » !
Après, c’est certain que ça permet de les voir de près, de les toucher et ainsi de « satisfaire le touriste » mais cette pratique est franchement condamnable.

On nous a expliqué qu’ils avaient l’autorisation de garder les tortues marines ici car celles de Polynésie étaient fortement menacées ces dernières années…à cause de la crème solaire des touristes qui les rendraient aveugles et les empêcheraient donc de se nourrir !
On est resté un peu dubitatifs face à cette explication, surtout vu la taille minuscule de leur enclos et le fait que les touristes plein de crème se baignaient juste à côté d’elles…

Une chose est sûre : on aura adoré visiter Bora à bord de notre vélo et surtout se rendre compte qu’on nous avait induit en erreur et que Bora est une vraie perle du Pacifique !
Les touristes restant dans leur hôtel de luxe pour la plupart, l’île est quasi vierge de touristes et on en a honnêtement croisé très peu lors de nos ballades à vélo ou sur la plage Matira (seule plage naturelle de l’île qui, en plus d’être très belle, est assez proche de notre petit appart! ).

Bref, il serait vraiment dommage de louper Bora – ce n’est quand même pas pour rien qu’elle est la destination « lune de miel » par excellence et que certains touristes viennent en Polynésie UNIQUEMENT pour visiter Bora !

C’est aussi à Bora que nous dirons au revoir à mes (Marine) parents chéris après une dizaine de jours à leurs côtés, non sans émotion, mais heureux d’avoir pu partager ces moments magiques avec eux, d’autant que grâce à eux nous auront pu profiter au maximum des joies et beautés de la Polynésie Française.