Polynésie Française

VOYAGER EN POLYNÉSIE FRANÇAISE | Nos impressions

Comme vous l’aurez compris, la Polynésie Française fut un ÉNORME coup de coeur pour nous !
Comment ne pas succomber au charme de ces îles paradisiaques, à la douceur de ses habitants et au délice de sa gastronomie ?
Impossible on vous dit !

Ceci dit, outre l’aspect paradisiaque indéniable de cette destination, la Polynésie Française est réputée pour être une destination de luxe… Qu’en est-il niveau budget ? Est-ce toujours une destination préservée malgré le tourisme ?
Comment se déplacer entre les îles et à l’intérieur même des îles ?
Quelles îles choisir ? Sont-elles réellement différentes ?
Qu’en est-il niveau sécurité ?
Et bien sûr : quels sont nos coup de coeur et à l’inverse nos petites déconvenues mais aussi nos regrets.

On vous livre toutes nos impressions sur les 8 îles polynésiennes que nous avons eu la chance de découvrir (Tahiti, Maupiti, Raiatea et Tahaa, Huahine, Bora Bora, Rangiroa et Moorea) mais aussi quelques conseils qui on l’espère pourront vous être autant utiles qu’ils l’ont été pour nous.

 

Moorea

La charmante ! | MOOREA [Vlog#94]

Déjà le dernier vlog en Polynésie Française !

Nous avons littéralement adoré Moorea, considérée comme « l’île de charme de l’archipel de la Société » sur laquelle bon nombre de tahitiens (et d’expats résidant à Tahiti) se rendent pour leurs weekends afin d’échapper à l’agitation de Papeete !

Déjà sa situation géographique à deux pas de Tahiti lui confère un attrait certain et justifie la fréquentation assez importante dont elle est sujette : un chenal de seulement 20km sépare Tahiti de Moorea en ferry ! Plutôt cool !

Pour autant, Moorea n’a absolument rien à voir avec son île voisine : l’atmosphère y est beaucoup plus reposante, la nature est verdoyante et les massifs montagneux au centre de l’île sont tout simplement envoutants et majestueux ! Son profil montagneux alternant crêtes et pics volcaniques recouverts d’une végétation luxuriante nous aura séduit et est sujet à de la rando !

On aura bien évidemment fait le tour de l’île (60km) afin d’attester de la beauté de celle-ci et de sa végétation tout en constatant que le nord de l’île est bien plus sauvage et moins habité.
Nous nous serons aussi lancés le « petit » défi sportif de monter au belvédère de la Montagne magique à pied (quand d’autres se payent le luxe de louer un quad !) afin de contempler la baie et le lagon de Moorea – point de vue certes un peu moins beau et envoûtant que celui de Maupiti mais on ne va pas faire nos difficiles face à une vue pareille quand même !

En revanche, on aura été un peu moins séduits par le lagon de Moorea et surtout sa couleur – faut dire qu’on est devenus exigeants après plus de 15j en Polynésie : on veut du turquoise nous !
Alors à moins de loger dans les hôtels de luxe de l’Intercontinental ou du Hilton (qui eux ont la partie du lagon d’un bleu turquoise étincelant), le lagon ne nous aura pas laissé rêveurs !
Faut dire que les logements sont hors de prix à Moorea par rapport aux autres îles et la qualité n’est pas toujours au rendez-vous semble t-il !
En bonus cependant, un coucher de soleil magnifique sur la plage de notre hôtel (qui n’est pas franchement paradisiaque loin de là !) où on était aux premières loges avec la localisation de notre bungalow.

On aura aussi « visité » l’hôtel Intercontinental et surtout son bassin médical de tortues marines. L’hôtel a en effet l’autorisation de recueillir et de soigner les tortues marines malades ou blessées et ensuite de les relâcher (si leur état le permet) ou alors de les garder à vie parfois en captivité en fonction de leur maladie (perte de vision permanente, handicap lourd ne leur permettant pas de subvenir seules à leur besoin) et on ne peut que saluer ce beau projet !
On aura en revanche moins apprécier le fait de garder plusieurs dauphins en captivités dans de TROP petits bassins pour le plaisir des clients de l’hôtel et de ceux souhaitant les toucher ou encore nager avec eux.

Notre seul regret : ne pas avoir eu davantage de temps pour faire une « vraie » et « grosse » rando à la journée pour monter sur un des pics de l’île !
À charge de revanche ! On reviendra non ?

 

Rangiroa

L’atoll géant des Tuamotu ! | RANGIROA [Vlog#93]

Place à la découverte d’un autre archipel : les Tuamotu – et parmi tous les atolls, on a choisi de visiter Rangiroa !
Ici, comme pour les 77 atolls que compte l’archipel des Tuamotu : pas le moindre relief, une platitude absolue, les pieds limite dans l’eau puisqu’on est toujours très proche de l’océan ou du lagon et ce où que l’on soit.
Dépaysement absolu !

Rangiroa c’est seulement 2500 habitants, le paradis des plongeurs (bon, nous on plonge pas par contre !), l’atoll de tous les superlatifs : 75 km d’est en ouest et 25 km du nord au sud – le classant deuxième atoll du Monde par sa superficie. Son lagon est si grand qu’il pourrait contenir l’île de Tahiti toute entière !

L’île a complètement gardé son côté sauvage et authentique. Il n’y a que des pensions de famille ou des petites unités d’une dizaine de bungalows tout au plus et seulement un seul hôtel de luxe.
Nous logions quant à nous dans un joli bungalow vue sur l’océan à la pension Miki Miki Lodge où Jannie nous a accueilli comme des membres de sa famille en nous bichonnant et en nous concoctant de succulents petits plats.

En revanche, on ne va pas à Rangiroa pour la plage et la farniente : il n’y a PAS de plage de sable fin, seulement des blocs ou graviers coralliens. On s’est donc « consolés » en squattant la seule plage de sable fin aménagée de l’île, située dans l’hôtel de luxe, juste en face de notre petite pension (Chut !).

On aura pas fait grand chose durant notre séjour à Rangiroa si ce n’est se reposer (pour une fois !), prendre notre vélo pour aller déjeuner, aller au point de rendez-vous des dauphins (qu’on aura jamais vu !) et squatter la plage de l’hôtel d’en face, comme dit précédemment.

 

Bora Bora

La Star du Pacifique ! | BORA BORA [Vlog#92]

On avait pas franchement entendu que du positif sur la star du pacifique : Bora Bora (surtout de la part des polynésiens eux-mêmes !).
En effet, entre ses complexes hôteliers à foison et son « tourisme de masse » de luxe on se méfiait un peu mais…on avait quand même envie de voir de nos propres yeux ce que pouvait bien cacher cette destination ultra touristique de la Polynésie et…on a bien fait !

Bora Bora c’est : une île au relief franchement puissant et hors du commun, une végétation d’un vert profond et lumineux, un lagon considéré comme l’un des plus beaux au Monde (et on comprend pourquoi) aux extraordinaires camaïeux de bleu et de turquoise et un chapelet d’îlots de sable blanc qui l’encercle.

On aura visité le lagon lors de l’incontournable excursion en bateau-pirogue pendant une demi-journée où l’on aura pu faire un peu de snorkeling et voir à nouveau des raies pastenagues et requins pointe noires de près (nourris en revanche, ce que l’on condamne une fois de plus fermement bien entendu !).

Dernier arrêt pendant l’excursion sur le lagon : le lagonarium où sont gardés en captivité requins citrons et dormeurs, des raies pastenagues et aussi des tortues marines.

Vous l’aurez compris, on est pas franchement « fan » de garder des animaux habitués à la grandeur de l’océan dans un petit lagonarium (=enclos) où ils sont apprivoisés, gardés en captivité et présentés aux touristes sous forme de « show » !
Après, c’est certain que ça permet de les voir de près, de les toucher et ainsi de « satisfaire le touriste » mais cette pratique est franchement condamnable.

On nous a expliqué qu’ils avaient l’autorisation de garder les tortues marines ici car celles de Polynésie étaient fortement menacées ces dernières années…à cause de la crème solaire des touristes qui les rendraient aveugles et les empêcheraient donc de se nourrir !
On est resté un peu dubitatifs face à cette explication, surtout vu la taille minuscule de leur enclos et le fait que les touristes plein de crème se baignaient juste à côté d’elles…

Une chose est sûre : on aura adoré visiter Bora à bord de notre vélo et surtout se rendre compte qu’on nous avait induit en erreur et que Bora est une vraie perle du Pacifique !
Les touristes restant dans leur hôtel de luxe pour la plupart, l’île est quasi vierge de touristes et on en a honnêtement croisé très peu lors de nos ballades à vélo ou sur la plage Matira (seule plage naturelle de l’île qui, en plus d’être très belle, est assez proche de notre petit appart! ).

Bref, il serait vraiment dommage de louper Bora – ce n’est quand même pas pour rien qu’elle est la destination « lune de miel » par excellence et que certains touristes viennent en Polynésie UNIQUEMENT pour visiter Bora !

C’est aussi à Bora que nous dirons au revoir à mes (Marine) parents chéris après une dizaine de jours à leurs côtés, non sans émotion, mais heureux d’avoir pu partager ces moments magiques avec eux, d’autant que grâce à eux nous auront pu profiter au maximum des joies et beautés de la Polynésie Française.

Huahine

L’authentique ! | HUAHINE [Vlog#91]

Comment ne pas être séduit par cette île de Huahine, encore une fois tellement différente des autres, qui respire l’authenticité, le calme et la nature ?
Un tourisme, une fois de plus, à très petite échelle (et c’est ça qu’on aime en Polynésie !) puisque la population n’a jamais été favorable à l’implantation de gros complexes hôteliers de luxe comme à Bora Bora – ici c’est donc des petites unités hotelières ou des pensions de famille.
Nous avons quant à nous logé sur la plus belle plage de l’île : la plage Mahana où nous aurons même eu la chance de voir Némo !

L’île de Huahine est divisée en deux : l’île de Huahine Nui (« Grande Huahine ») et Huahine Iti (« Petite Huahine »), presque symétriques, serties au sein du même lagon mais séparées par un isthme de seulement quelques dizaines de mêtres, qu’enjambe un petit pont.

Le relief de l’île de Huahine, recouvert de végétations sauvages et luxuriantes d’un vert éclatant et lumineux, nous aura incontestablement séduits !
Une fois n’est pas coutume, nous avons remis ça avec le tour de l’île en voiture de location afin de suivre la route côtière, y découvrir des baies magnifiques et des panoramas somptueux, une fois de plus !

Nous avons aussi rendu visite à la curiosité de l’île : les anguilles sacrées aux yeux bleus et avons (brièvement) visité les vestiges archéologiques de Maeva, parmi les plus importants de Polynésie Française, qui renferment de nombreux marae en bord de littoral – mais vous l’aurez compris : on est pas franchement fan de marae nous…!

Comme à notre habitude, nous avons ensuite fait une excursion sur le lagon à bord d’une pirogue à moteur afin de contempler la beauté du lagon et de l’île, faire du snorkeling parmi les poissons multicolores et déjeuner sur un motu paradisiaque « les pieds dans l’eau » (c’est vraiment le cas de le dire!) où on nous aura appris à cuisiner le thon cru au lait de coco, à nouer nos paréos et à danser (un peu, vraiment un tout petit peu!) le tamouré (=danse traditionnelle polynésienne).

Ce qui a été plus discutable lors de cette excursion sur le lagon fut le nourrissage des requins (ou « shark feeding »), que nous ne cautionnons bien évidemment pas.
Les petits requins pointes noires de Polynésie sont innofensifs (bon, seul Léo est allé dans l’eau cependant !).
Certains prestataires n’hésitent donc pas à les nourrir pour permettre aux touristes de les voir de plus près et les approcher.. Pratique discutable bien entendu, puisque nourrir un animal censé être sauvage revient à l’apprivoiser et à le domestiquer quelque part, et cela à des fins commerciales en plus de ça !

On vous présente aussi le four traditionnel polynésien, une cuisson qui ressemble à une cuisson « fûmé » (la nourriture reste plusieurs heures pour cuire dans le four entourée de feuilles de bananier, préparé de façon traditionnel lui aussi) – goût assez spécial il faut le reconnaître mais ça avait le mérite d’être typiquement local ! Tout cela en musique et danse typiquement polynésienne !

 

raiatea

L’île sacrée et l’île « vanille » ! | RAIATEA &…

On continue la découverte des îles polynésiennes et plus précisément de l’Archipel de la Société et des Îles Sous-le-Vent !

Les îles de Raiatea et de Tahaa, bien que seulement séparées d’un chenal de seulement 3km sont à la fois indissociables (elles partagent le même lagon) et ont chacune leur propre identité.

Raiatea projette de devenir la plaque tournante de l’archipel (elle est complètement autonome ou presque de l’île de Tahiti – contrairement aux autres îles), a un relief plus prononcé avec des sommets dépassant les 1000 m d’altitude et comporte pas moins de 12 000 habitants !
Elle reste cependant peu visitée des touristes, reste particulièrement à l’écart des principaux flux touristiques et l’atmosphère s’en ressent : c’est une île très nature dont le paysage sauvage laisse parfois apparaître quelques hameaux.
Seul bémol, l’île ne compte aucune plage et peu de motu (îlots) mais elle est chargée d’histoire (d’où son surnom de « la sacrée ») puisqu’elle possède l’un des sites cérémoniels pré-européens les plus importants du Pacifique sud : le marae Taputapuatea ! Bon… Nous, on doit vous avouer qu’on a été charmé par aucune de nos visites de ces célèbres marae (pourtant on peut pas dire qu’on aime pas la pierre hein ?!).

L’île de Tahaa, quant à elle, n’est accessible qu’en bateau depuis l’île de Raiatea et nous avons pu la découvrir lors d’une excursion à la journée.
Tahaa (dont la forme de l’île ressemble étrangement à celle d’un cerveau – selon nous hein, pas selon le Routard) est une petite île de 5000 habitants, petite soeur de Raiatea qui était anciennement d’ailleurs rattachée à elle (il y a vraiment très, très longtemps!) possédant de majestueuses baies qui s’enfoncent jusqu’au coeur même de l’île.
Cette île, comme le laisse deviner son surnom  » d’île vanille », est très réputée pour sa production de vanille qui est considérée comme l’une des meilleures au Monde !
Nous aurons pu, lors de notre visite d’une vanilleraie, remarquer à quel point ces gousses sont énormes, souples et odorantes par rapport à nos gousses toutes ratatinées, rabougries et sèches !
Nous aurons aussi visité une ferme perlière, afin de nous rendre compte de la difficulté de cet art qu’est la perliculture, car vous n’êtes pas sans savoir que les perles de Polynésie sont mondialement reconnus !

Les plages étant inexistantes sur ces deux îles, nous avons déjeuné sur un motu paradisiaque qui nous aura permis de savourer des spécialités polynésiennes les pieds dans l’eau mais aussi de visiter un jardin corallien de plus (et ses habitants les poissons multicolores) !

 

Enfin l’île de nos rêves ! | MAUPITI [Vlog#89]

Que dire de Maupiti, notre île coup de coeur ?

Cette petite île comptant tout juste 1200 habitants nous a franchement séduite et était plus que représentative du petit paradis que l’on était venu chercher en Polynésie : un lagon aux dégradés de bleu tellement magnifiques et éclatants qu’on pourrait y perdre la vue, une tranquillité absolue, une île au format miniature où l’on circule à bicyclette, plein de petits motu de sable blanc, des fleurs par milliers, une végétation luxuriante et une impressionnante falaise de basalte qui confère tout son charme à l’île de Maupiti !

Cette île est tout ce qu’il y a de plus authentique, intimiste et paradisiaque !
Intimiste parce que déjà le tourisme y est limité : ici pas de grands hôtels à la Bora Bora (les habitants s’y sont fermement opposés), pas de bungalows sur pilotis, pas de pirogues chargées de touristes, de jet ski et aucune animation nocturne !
Il n’y a que des pensions de famille installées sur l’île ou sur les motu (=îlots) de la barrière de corail – quant à nous, nous logions sur un des motu, quasiment seuls au Monde entre l’océan d’un côté et le lagon de l’autre chez Tati et Dali qui nous ont bercés par leur gentillesse et la douceur/saveur de leur cuisine polynésienne !

Premier tour de lagon pour nous en bateau et snorkeling à la rencontre des raies mantas et pastenagues, de poissons multicolores et emblématiques des lagons polynésiens à travers les jardins corraliens.

La dernière matinée, en grands sportifs que nous sommes qui adorons les petits défis, nous avons entrepris l’ascension du mont Teurafaatiu, point culminant de l’île (380m), qui nous a offert des panoramas et points de vue à couper le souffle !
Certains passages relevaient davantage de la varappe que de la randonnée et on aura un peu souffert à la montée et aussi à la descente… mais QUELLE VUE !

En clair, Maupiti tu nous a charmé et on a appris à t’aimer !
On espère revenir te visiter un jour – ou comme l’a dit Dali on demandera peut être notre mutation ici un jour !

Après un tel coup de coeur, les autres îles vont peut être avoir un peu de mal à te concurrencer non ?

Tahiti

On est en Polynésie ! | TAHITI [Vlog#88]

Qui n’a jamais rêver d’aller en Polynésie Française ?!
Nous en tout cas ça nous faisait carrément rêver ! – surtout Marine depuis qu’elle était toute petite (je rêvais même d’y faire mon voyage de noces ! ) et c’était une certitude pour nous qu’on profiterait d’être en Tour du Monde (et donc d’avoir des billets pas trop chers !) pour y faire un tour !

Du coup c’est excités comme des puces que nous avons débarqué en Polynésie Française sur l’île de Tahiti, fin prêts à partager cette aventure avec les parents de Marine !

Fini donc le van et le camping des 6 dernières semaines et place au confort des hôtels polynésiens : BONHEUR !
Et place surtout à l’émerveillement avec ce petit paradis à l’autre bout du Monde qui nous a conquis à peine arrivés sur l’île de Tahiti !

Au programme de cette première vidéo de la Polynésie : découverte de l’île de Tahiti en voiture afin d’en faire un bon petit tour à notre rythme en longeant notamment le littoral, découvrir le marché de Papeete et y faire quelques emplettes, aller aux 3 cascades…

Nous aurons été plutôt agréablement surpris de Tahiti et Papeete (qui ne font généralement pas rêver les touristes et ne représentent pas forcément le cliché du « paradis polynésien ») et l’avons même largement préféré à Nouméa que nous venions de quitter…!
On a beaucoup aimé se balader toute la journée tout autour de l’île et avons trouvé ces massifs montagneux d’anciens volcans au centre de l’île : fascinants !

On aura aussi eu une première approche de la gastronomie locale – et Dieu qu’est ce qu’on mange bien en Polynésie ! – mais aussi un premier contact avec les polynésiens qui sont d’une infinie gentillesse !

Bref, on peut dire qu’on aime déjà la Polynésie !
Et on veut bien vous emmener avec nous le temps de quelques vidéos ! Alors vous venez ?