Torotoro Amérique du Sud

Sur les traces des dinosaures ! | COCHABAMBA &…

Une fois remis de nos émotions, nous partons à la découverte de la ville de Cochabamba et ne mettrons pas longtemps avant de nous rendre compte que celle-ci est cruellement dénuée de charme et ne présente pas de grand intérêt touristique ! Quelques églises retiendront notre attention (et encore…! ), le Palacio Portales – palais à l’européenne du baron de l’étain Simón Patiño témoignant de l’âge d’or de l’exploitation minière en Bolivie – ET surtout le Cristo de la Concordia. Cette immense statue du Christ qui se dresse sur le Cerro de San Pedro (2800m) est la plus haute du Monde ! Eh oui, nous aussi on croyait que c’était celui de Rio au Brésil…mais non ! Elle le dépasse de 44 cm ! La vue à 360 degrés sur la ville et la vallée mérite le détour (malgré un brin de pollution il faut le dire ! )… surtout que le téléphérique ne coûte rien : alors pourquoi s’en priver ?!

Le marché La Cancha, gigantesque, chaotique et pittoresque, dont la traversée peut relever du défi pour les agoraphobes, nous aura permis de pouvoir contempler les femmes boliviennes avec leurs vêtements traditionnels qu’elles conservent avec beaucoup de charme…

Direction ensuite le Parc National de Torotoro – mais pour cela il fallait déjà survivre au trajet en mini van depuis Cochabamba avec une route en très mauvaise état, où on est secoué de toutes parts… et c’était sans compter un chauffeur bolivien se croyant sur un circuit de Formule 1 !

Le Parc National de Torotoro est réputé être l’un des parcs nationaux les plus remarquables de Bolivie : un cours pratique de géologie à grande échelle ! Cependant, afin de protéger les merveilles géologiques du parc, toute excursion en dehors du village doit obligatoirement se faire avec un guide… et ça on aurait pu s’en passer (surtout que ce sont davantage des « accompagnants » qui traçent que des guides désireux de t’apprendre quelque chose…) ! Ceci dit, impossible de passer outre – on a donc partagé les excursions avec un couple de suisses très sympathiques, ce qui nous aura permis à tous de faire des économies (surtout que rien que l’entrée du parc nous avait déjà coûté 12€/pers – ce qui est TRÈS cher pour le pays !).

La première demi-journée, nous avons pu observer de nombreuses empreintes de dinosaures bipèdes et quadrupèdes, herbivores et carnivores, du crétacé (de -145 à -65 millions d’années). Toutes les empreintes se sont inscrites dans un sol meuble, plus tard solidifié en argilite. Elles ont ensuite été soulevées et inclinées par des poussées tectoniques.
Honnêtement, je (Marine) ne suis pas une grande fan de la période des dinosaures mais c’était assez impressionnant de voir ces énormes empreintes ayant survécu au temps !
Nous sommes ensuite partis à la découverte du Canyon de Torotoro : un canyon spectaculaire de 250m de profondeur – bon, comparé à d’autres canyons, notamment le Grand Canyon on repassera quand même…mais bon !
On aura ensuite descendu un escalier de 800 marches pour nous mener à El Vergel (qu’il aura ensuite fallu remonter ! on aura cru littéralement mourir !) – là aussi, l’effort n’a pas franchement été récompensé et on aura été un peu déçus de la mini cascade sans grand intérêt.

La deuxième journée fut SPORTIVE et bien plus intéressante ! Randonnée et escalade à travers les beaux paysages de la Ciudad de Itas (avec de belles petites grottes!) et séance de spéléologie dans la caverne de Umajalanta! A l’intérieur de cette grotte, on peut découvrir de belles stalagmites et stalactites tout en alternant escalade et faufilage puisque de nombreux passages se font en rampant dans des endroits plus qu’étroits – claustrophobes s’abstenir ! Bref, on se salit, on rampe, on manque de rester coincés par moments, on descend à la corde.. on s’éclate quoi !

On aura bien aimé notre escapade à Torotoro , il y a du choix dans les excursions et elles sont toutes plutôt complémentaires (même si le canyon peut sembler quelque peu « ridicule » à côté de certains homologues américains voire même français !). En revanche, les guides ne sont pas franchement de grande qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :